Grec ancien : programme de 1res toutes séries

BO n° 32 du 13 septembre 2007

L’apprentissage d’une langue ancienne offre à l’élève une culture linguistique et littéraire de qualité et lui offre une meilleure compréhension et une maîtrise accrue de la langue française. Ce programme est identique pour l’enseignement obligatoire comme pour l’option.

Objectifs

  • contribuer, en liaison avec l’enseignement du français et des sciences humaines, à la formation de l’individu et du citoyen par l’accès, pour le plus grand nombre d’élèves, à l’héritage linguistique et culturel gréco-romain ;
  • favoriser la formation de spécialistes des disciplines littéraires et de sciences humaines.

La connaissance de la langue

À l’issue de la classe de première, l’élève doit maîtriser :

  • la morphologie verbale : les particularités de la langue d’Homère sont l’occasion de mémoriser la conjugaison des verbes contractes ; le système de la conjugaison des verbes en -mi est mémorisé ;
  • la morphologie nominale des trois déclinaisons et celle des pronoms-adjectifs ;
  • les propositions subordonnées ;
  • les emplois de ann en particulier dans la proposition infinitive et la proposition participiale.

À la fin de la classe de première, le lexique de l’élève doit comporter 300 mots, dont les verbes irréguliers qu’il rencontre fréquemment. Les lectures et les supports de traduction se diversifient.

Les activités écrites et orales

Les pratiques de lecture incluent des exercices variés, oraux et écrits, dont la mémorisation de textes. Les ressources de l’audiovisuel et de l’informatique sont mises à profit chaque fois que possible.

Le groupement de textes

Il s’agit d’extraits d’œuvres réunis autour d’une problématique ou d’un thème. Selon la difficulté des textes retenus, ces extraits sont plus (au moins une page d’une édition universitaire), ou moins longs (d’une dizaine de lignes ou de vers).

La lecture suivie d’une œuvre

Les élèves lisent soit une dizaine de pages formant un ensemble (une scène de théâtre, une séquence complète, une partie cohérente dans un discours), soit une suite d’extraits appartenant à la même œuvre.

Le commentaire

La compréhension du contexte de leur création et des valeurs portées par les textes grecs est un des objectifs du commentaire. L’autre objectif, tout aussi important, est de permettre aux élèves de saisir la portée intellectuelle et esthétique de ces textes pour nourrir leur réflexion d’aujourd’hui.

Les textes au programme

Le professeur traite au moins trois des quatre questions suivantes. Il choisit pour chaque entrée 4 à 6 textes extraits des œuvres proposées dans les listes ci-dessous.

Récits et témoignages

Xénophon, Cyropédie

Lucien, Histoire vraie ou l’Âne

Longus, Daphnis et Chloé

Xénophon d’Éphèse, Les Éphésiaques

Achille Tatius, Les Aventures de Leucippé et Clitophon

La rhétorique : le citoyen dans la cité

Par exemple : Isocrate, Panégyrique et Sur l’échange ; Eschine, Sur l’Ambassade ; Lysias, Pour l’invalide.

Le théâtre : texte et représentation

Par exemple : Eschyle, Choéphores, Euménides (en traduction) ; Sophocle, Électre, Antigone, Ajax ; Euripide, Bacchantes, Hippolyte, Médée ; Aristophane, Lysistrata, Les Guêpes, Les Oiseaux ; Aristote, Constitution des Athéniens (déroulement des spectacles) ;  Pausanias, Périégèse, Attique (théâtre de Dionysos).

La poésie : epos et eros

L’épopée

Par exemple, les premiers vers du premier chant de l’Iliade (I, 1-49) et de l’Odyssée (I, 1-43).

La poésie érotique

Par exemple, des extraits de Sappho, de Théocrite et du livre V de l’Anthologie Palatine.

Pour t'aider à réviser, consulte les ouvrages Défibac
A lire également Pour en savoir plus, tu peux consulter notre sélection d’articles complémentaires.