Italien : programme de 1res toutes séries

B.O. n° 9 du 30 septembre 2010
  • Enseignements communs de LV1 et de LV2
  • Enseignement facultatif de LV3
  • Enseignement spécifique de LV3 en série littéraire (L)
  • Enseignement spécifique de LV1 ou de LV2 approfondie en série littéraire (L)

 

Enseignements communs de LV1 et de LV2 : du niveau « seuil » B1 au niveau « avancé » B2

Le programme s’inscrit dans la continuité des programmes du collège et de la classe de seconde. Il prend appui sur le CECRL élaboré par le Conseil de l’Europe et vise à développer l’autonomie de l’élève dans la pratique des langues vivantes.

 

Passer du niveau seuil B1 au niveau avancé B2 dans l'échelle du Cadre européen commun de référence pour les langues constitue un progrès important dans la maîtrise de la langue apprise. Si ces deux niveaux relèvent bien de celui de l'utilisateur indépendant, la différence qui les sépare représente un degré de complexité et d'autonomie supplémentaire que l'on peut résumer comme suit :

 

En réception, l'élève est capable :

  • de comprendre l'essentiel de messages oraux élaborés (débats, exposés, émissions radiophoniques ou télévisées, films de fiction ou documentaires) et de textes longs, sur une gamme étendue de sujets
  • de suivre une argumentation complexe énoncée dans un langage standard
  • d'effectuer un travail interprétatif qui, au-delà de l'explicite, vise une compréhension de l'implicite
  • d'identifier le point de vue du locuteur
  • d'un grand degré d'autonomie en lecture

 

En production, l'élève est capable :

  • de s'exprimer de manière détaillée et organisée sur une gamme étendue de sujets relatifs à ses centres d'intérêts ou à ses domaines de connaissance
  • de présenter, reformuler, expliquer ou commenter, de façon construite, avec finesse et précision, par écrit ou par oral, des documents écrits ou oraux comportant une information ou un ensemble d'informations, des opinions et points de vue
  • de défendre différents points de vue et opinions, conduire une argumentation claire et nuancée

 

En interaction, l'élève est capable :

  • de participer à une situation de dialogue à deux ou plusieurs personnes, en s'exprimant avec spontanéité et aisance, y compris avec des locuteurs natifs
  • de participer à des conversations assez longues tout en réagissant aux arguments d'autrui et en argumentant

 

Gestes fondateurs et mondes en mouvement

Cette entrée permet de décoder la complexité des référents culturels qui sous-tendent les langues vivantes tant en parcourant leur histoire qu'en posant les enjeux du monde contemporain. Chaque notion du programme est abordée à travers le prisme d'un ou de plusieurs domaines proposés ci-après.

  • Arts (architecture, cinéma, musique, peinture, photographie)
  • Croyances et représentations
  • Histoire et géopolitique
  • Langue et langages
  • Littérature
  • Sciences et techniques
  • Sociologie et économie

 

Ce croisement permet de problématiser le sujet abordé. Il est au coeur du projet de séquence et facilite l'appropriation des compétences linguistiques et pragmatiques en contexte. La problématique du projet de cours doit être ancrée dans l’une des quatre notions suivantes :

  • Mythes et héros : interroger les mythes à travers la figure du héros permet à l’élève de réfléchir aux récits qui fondent une identité collective
  • Espaces et échanges : la société et son inscription dans le monde
  • Lieux et formes du pouvoir : le pouvoir comme source d’intégration politique, sociale et personnelle et révélateur des tensions au sein du groupe
  • L’idée de progrès : le progrès comme origine d’une grande variété de processus d’évolution ainsi que des résistances face au changement

 

Les relations avec les autres enseignements

L'enseignement des langues vivantes mobilise des compétences et des savoirs partagés par d'autres disciplines. Ces relations indiquées explicitement aux élèves sont recherchées et exploitées, notamment lorsqu'elles concernent :

  • en français, l'histoire littéraire et culturelle, l'étude des genres et des textes dans leur singularité et leurs significations, mais aussi l'étude de la langue dans ses diverses situations de communication impliquant des registres et des types de discours adaptés ;
  • en histoire et géographie, l'acquisition de connaissances et d'outils de compréhension du monde contemporain, dans une vision dynamique et distanciée qui fonde une démarche portant sur l'analyse de document, l'exercice du raisonnement et de l'esprit critique ;
  • dans les enseignements artistiques, l'approche sensible des œuvres représentatives de diverses cultures, et la recherche du sens ;
  • l'enseignement d'une discipline en langue étrangère.
  • l'histoire des arts éclaire sous un autre angle l'histoire générale, la culture et la pensée des pays concernés. Les périodes historiques retenues pour l'enseignement de l'histoire des arts ne constituent pas un cadre limitatif imposé. Toutefois, la liste des domaines et thèmes proposés pour cet enseignement a un lien direct avec les notions du programme culturel de langue vivante et permet ainsi un réel travail interdisciplinaire.

 

Enseignement de LV3 facultatif et spécifique (série L) : niveau A2

L'apprentissage d'une troisième langue vivante offre à chacun l'occasion d'élargir son répertoire linguistique dans une palette diversifiée qui fait toute leur place aux langues moins présentes en LV1 et LV2. L'élève qui entreprend l'étude d'une troisième langue manifeste souvent pour celle-ci un intérêt personnel particulier, déterminé par ses acquis scolaires antérieurs, parfois son histoire familiale, ou sa curiosité intellectuelle. Dans tous les cas il s'agit d'apports positifs sur lesquels il convient de s'appuyer. Cet enseignement s'étend sur une période plus courte que pour la LV1 ou la LV2 ; toutefois la démarche est la même : l'enseignement y est organisé dans la même perspective de communication, portant sur une langue usuelle et authentique. Le lexique et la grammaire font l'objet d'une progression raisonnée et programmée.

Le lexique donne lieu à un apprentissage systématique. De même que pour la grammaire, on distingue le lexique qui doit être acquis, mémorisé - pour être réutilisé -, du lexique qui n'est vu qu'en reconnaissance, et qui ne sera repris qu'ultérieurement. Les mots retenus sont regroupés par thèmes ou par champs, et toujours découverts en contexte, ou dans des situations de communication.

Il en va de même de la grammaire, qui n'est jamais abordée ex abrupto ni présentée de façon exhaustive à ce niveau d'apprentissage. Là aussi la distinction est opérée entre les faits qui doivent être explicités - pour être réutilisés - et ceux dont l'explicitation - partielle et progressive - sera différée au jour où l'élève aura intégré intuitivement de lui-même le mécanisme mis en œuvre empiriquement.

La compétence de communication acquise en classe de seconde est développée au cycle terminal. La compréhension s'affine, l'expression gagne en complexité, en degré d'abstraction et en autonomie. L'oral reste prioritaire, mais l'écrit occupe une place plus importante qu'en classe de seconde.

L'élève poursuit son initiation à l'utilisation d'outils tels que le dictionnaire et la grammaire, pour lui permettre de développer une activité autonome.

Le contenu et l'intérêt culturel des supports - authentiques, de nature et de longueur variables, éventuellement adaptés - permettent d'effectuer dans des conditions plus naturelles et plus motivantes l'apprentissage linguistique, en même temps que l'initiation aux sociétés où la langue est parlée.

 

Enseignement spécifique à la série L de LV1 ou LV2 approfondie : niveau C1 ou B2

L'enseignement approfondi permet à l'élève d'intensifier sa pratique des langues tout particulièrement à l'oral. Il offre au professeur un cadre privilégié pour mettre en place des modalités de travail innovantes :

suivre et exploiter des conférences et des émissions radio ou télédiffusées ;

prendre part à des débats et des tables rondes ;

réaliser des expositions photographiques, des films d'animation, des courts-métrages, des interviews ou des reportages ;

créer et animer un forum sur internet, des blocs-notes numériques audio, des cartes postales sonores numériques, des bandes dessinées et des livres numériques ;

commenter, dans les conditions du direct, une manifestation culturelle ou sportive ;

participer à un projet d'échanges scolaires et culturels avec un autre établissement partenaire ;

mettre en scène des situations de médiation ; etc.

 

Tout en abordant les notions culturelles du programme, il s'agit d'en approfondir certains aspects - y compris dans une approche complémentaire et contrastive des langues pratiquées.

 

Du niveau « avancé » B2 au niveau « autonome » C1

Le passage du niveau B (utilisateur indépendant) au niveau C (utilisateur expérimenté) marque un nouveau changement d'échelle dans la maîtrise de la langue.

En réception, l'élève est capable :

  • de comprendre dans le détail des interventions ou des textes longs et complexes, qu'ils se rapportent ou non à son domaine de connaissance ;
  • d'apprécier les différences de style et d'identifier les points de vue, explicites ou implicites.

En production, l'élève est capable :

  • de s'exprimer sur des sujets complexes de manière détaillée et pragmatique pour parvenir à ses fins ;
  • de susciter une réaction, un sentiment précis chez son interlocuteur en utilisant une langue sûre et un style approprié.

En interaction, l'élève est capable :

  • de s'exprimer avec spontanéité et pertinence sur des sujets abstraits, complexes et non familiers ;
  • de maîtriser les contenus et les codes et argumenter de manière pertinente.
A lire également Pour en savoir plus, tu peux consulter notre sélection d’articles complémentaires.