Littérature française et paysages de France

La littérature est une invitation au voyage. Et le voyage une invitation à explorer la littérature. En effet, les oeuvres de la littérature française permettent de reconstituer la plus poétique des cartes de France. Voici quelques pistes de lecture qui sont autant d'itinéraires pour découvrir les grands auteurs en même temps que leurs « bohèmes». 

Paris

Ce n'est pas une surprise, Paris est le lieu le plus décrit dans la littérature française.

Le Paris du XIXe siècle, sombre et mystérieux, abrite les personnages les plus ténébreux des romans de Balzac, Hugo et Zola. On peut par exemple trouver sur la montagne Sainte-Geneviève le modèle de ces maisons noires qui ont inspiré Balzac pour décrire la pension Vauquer du Père Goriot. Hugo, lui, s'inspira de la cathédrale Notre-Dame de Paris dans son roman éponyme, pour y faire vivre Quasimodo.

Le Paris du XIXe siècle est également source d'inspiration poétique : le mouvement du Parnasse et les Fleurs du Mal de Baudelaire portent sa marque.

La capitale dans son ensemble fut le théâtre de l'histoire des plus grands auteurs. Les lieux de la mémoire littéraire sont nombreux, et se concentrent bien évidemment vers le centre historique de la ville. Le grand Châtelet, situé dans l'actuel Palais de Justice, conserve en son sein le souvenir de Villon. Derrière le Collège de France, dans l'impasse Chartière, se trouvait le collège Coqueret où Ronsard et ses futurs amis se connurent. Plus tard, au célèbre café Procope, rue de l'Ancienne Comédie, Voltaire et les Encyclopédistes aimaient se retrouver et boire des tasses de café. Le Neveu de Rameau de Diderot dépeint de manière particulièrement vivante cette effervescence intellectuelle, caractéristique de l'époque.

Le XXe siècle littéraire est également très parisien. Son épisode le plus retentissant est la révolution existentialiste, avec comme centre géographique la place Saint Germain des Prés et ses deux cafés éternellement sartriens, les Deux Magots et le Flore.

La Bretagne

Il y a, d'un côté, la Bretagne bretonnante, celle qui s'exprime dans les chants rassemblés par Hersart de la Villemarqué en 1839 dans le Barzaz Breiz. De l'autre, la Bretagne apprivoisée par les écrivains français, au premier rang desquels se trouveChateaubriand qui lui rend hommage dans les très célèbres premiers chapitres de sesMémoires d'outre-tombe.

La Bretagne, c'est également la mer, celle dont on ne revient pas dans Pêcheurs d'Islande et Mon frère Yves de Pierre Loti. Celle des îles sauvages, à commencer par la plus sauvage d'entre elles : l'île de Sein, dont Henri Quefellec décrit l'étrange atmosphère dans Un recteur de l'île de Sein.

Enfin, vers Huelgoat ou la forêt de Brocéliande, le visiteur entre dans une Bretagne mythique : celle de Chrétien de Troyes.

La Normandie

Une suggestion de promenade pour les grands romantiques : descendre la Seine en bateau à vapeur, comme Frédéric Moreau dans l'Éducation sentimentale de Flaubert ; rendre hommage aux paysages de Zola, de Paris jusqu'à Rouen ; saluer les personnages de Maupassant en croisant les nombreuses îles du parcours, et Flaubert lui-même dans sa maison de Croisset.

En veillant à ne pas gâter leur intimité, s'attendrir en voyant Rodolphe vaincre la résistance d'Emma Bovary dans les campagnes normandes ; enfin, arriver à Etretat, monter au sommet de la falaise et saluer Gaston Leroux du haut de sa chère Aiguille Creuse...

Le Sud-Ouest

Les plus célèbres écrivains originaires du Sud-Ouest de la France sont Montaigne et Montesquieu. Toutefois, ils ont laissé dans leurs oeuvres très peu d'empreintes de ces lieux où ils ont grandi.

François Mauriac, en revanche, a choisi le Bordelais, ses vignes et ses pins comme cadre de son plus célèbre roman, Thérèse Desqueyroux

La Provence

La Provence évoque inévitablement Marcel Pagnol. Ses romans Le Château de ma mère, La Gloire de mon père, Jean de Florette, Manon des Sources, ainsi que la trilogie du port de Marseille, Marius, César et Fanny, ont tous été adaptés avec succès au cinéma – parfois par l'auteur lui-même.

La Provence est également le pays deJean Giono, qui l'a dépeinte sous un jour épique, de Colline en Camargue au Hussard sur le toit. C'est une Provence plus montagneuse que celle de Pagnol. On marchera sur les traces de Giono à Manosque, où il a vécu et où il est mort.

A lire également Pour en savoir plus, tu peux consulter notre sélection d’articles complémentaires.